Après nous

il ne restera peut-être
que la transparence des ombres mêmes
sur des sentiers d’étoiles éparses
comme un écho lointain
d’enfances égarées

il ne restera peut-être
qu’un très pâle écho qui s’estompe
dans un improbable futur
et les bribes de nos rêves
comme fantomatiques reflets

il ne restera peut-être
qu’une phrase de Vivaldi
enroulée aux bras d’une galaxie
des mots de Prévert et de Nelligan
comme des soleils suspendus
quelque part dans le tourbillon de l’espace

lorsque nous ne serons plus

 

© Francine Hamelin (tiré de Terre)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.