La fin des rumeurs

dans la nuit
longtemps j’ai marché
à perte de mémoire
sur des sentiers inconnus

j’allais les bras tendus
le front brûlant

j’allais sans amertume
les mains remplies d’étoiles
sur des routes perdues
vers un mirage jailli
d’un long brouillard

j’allais sans tristesse
avec à peine
un peu de la mélancolie
ancrée au cœur des choses

j’allais sans amertume
sachant déjà
qu’on ne fait jamais
le chemin à rebours
sachant déjà que cette marche
vers la fin des rumeurs
était vaine

j’allais vitement
pour laisser le temps s’étendre
loin de la terre que je foulais

et quand j’ai arrêté ma route
quand je suis arrivée
au bout de mon voyage
plus loin que les rumeurs figées
et les lumières des cités
plus loin que la vie
plus loin que la mort
tout n’était que fantomatique reflet

et c’est les mains pleine de pierres
que je me suis noyée
dans l’infini du soleil levant

 

© Francine Hamelin (tiré de Tristesse de pierres)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Tristesse de pierres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.