Pour un instant d’éternité

 

mais si je ferme les paupières pour un instant
un seul instant d’éternité
ne me dis point que tout finit

j’en appelle aux grands vents qui savent bien
que les paysages toujours se prolongent
j’en appelle aux saisons profondes
de l’être et de l’arbre
au miracle infiniment renouvelé
de chaque feuille de chaque enfance

ah je sais comme tout est vivant
et comme nous sommes semblables
et combien nous sommes fragiles
je sais que rien n’est achevé
je voudrais dénouer toutes nos craintes
et les images enfouies au coeur de l’espace

je tremble de chaque blessure

vois
j’ai allumé une lampe comme un phare
dans le sommeil lourd et froid de l’ombre
et je guette à la fenêtre
les premiers signes de l’aube

j’approche pas à pas
le matin qui se lève

 

© Francine Hamelin (tiré de La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.