La femme au miroir

 

matins blêmes
nuits blafardes
elle bouge devant son miroir
et le bruit de ses gestes
lui revient comme un écho vide

matins blêmes
soleils pâles
miroir
elle ne veut pas se voir
miroir   mémoire  et tant de saisons abolies
quelle est cette ombre dans sa nuit
ce fantôme comme un nuage
cette presqu’inconnue
qui lui ressemble tant
qu’elle reconnaît à peine

aux jours passés
aux nuit trop noires
miroir   elle ne veut pas se voir
elle met un masque à son image
elle ne voit pas
elle est aveugle
et sa cécité la regarde

 

© Francine Hamelin (tiré de La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.