Pour l’enfance

je dis la présence du chant
de la marée montante
au cri des vaisseaux d’algues et de cordages
où des hommes au regard profond
accueillent les jours paisibles

je dis forêt et je dis terre
à la cathédrale de l’arbre
dans l’unité de sa croissance
et dans la durée du pays

je dis lumière pour l’enfance
que nous portons au creux du coeur
l’enfance qui peuple nos doigts
et garde intact l’univers
quand nous apprivoisons le vent

 

© Francine Hamelin (tiré de Comme aux jours de lumière)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.