D’argile et d’airain

qui es-tu toi qui viens
à grand feu de silence
me brûler jusqu’à l’âme
et qui me prends la main
pour traverser la nuit

qui es-tu toi qui viens
au creux de ma dérive
lorsque le temps s’essouffle
et tes yeux sans visage
accompagnent mes pas

qui es-tu toi qui viens
marcher à mes côtés
lorsque le vent s’effrite
au rythme de mon sang

tu étais là pourtant
tu m’attendais patiente
tu étais là sans cesse
mais j’oubliais ta voix
tissée de grands silences
et de forêts sans fin

solitude d’argile   solitude d’airain

 

© Francine Hamelin (tiré de Regards)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Regards. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.