Je veux dire un soleil

je veux ravir à la lumière un écho ivre
je suis l’arbre
et je cherche un pays éternel
je suis l’eau
et je cherche un univers en offrande

nous sommes apaisés
dans la vaste cité des fleurs

mon corps s’éblouit d’aurores

il est quelque part un secret caché sous la pierre
le temps ne s’abîme plus dans nos têtes immobiles

nulle ride au front du silence
nulle course inutile

je veux dire un soleil avec mes mains tendues

 

© Francine Hamelin  (tiré de Comme aux jours de lumière)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.