Un peu d’eau pour l’espoir

 

je te donnerai la soif
ne connaissant point le lieu
et la couleur des sources
qui apaiseraient
le feu d’une brûlure extrême

je t’offrirai le rêve d’une possible oasis
et toutes ces dunes d’or ardent
qui couleront entre tes doigts
sabliers sans fin
où feront naufrage les nefs du temps

et la soif même t’inventera
un peu d’eau pour l’espoir
et des étangs de moire
au milieu du désert
étranges miroirs
tout l’océan à boire
au bout de la mémoire
pour découvrir la terre

 

 

© Francine Hamelin (tiré de La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.