L’adieu

ah que le jour soit si bleu
que j’en doive fermer les yeux
comme en ces grands étés silencieux
qui brûlaient à mon front

que vienne l’évasion sauvage
qui me fera voyager
entre les heures et les saisons
mais sans me préoccuper du temps
sans entendre
le battement précipité des horloges obsédantes

ah que le jour soit si bleu
que je vous dise adieu
que je vous dise bonjour

le monde est un aller-retour

 

© Francine Hamelin  (tiré de L’argile et la flamme)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans L'argile et la flamme, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.