Le pylône infernal

Une chanson que j’ai écrite il y a quelques années, et que je pense être toujours d’actualité. Je la dédie aux gens de Saint-Adolphe d’Howard qui ont subi le manque de respect d’Hydro-Québec qui a réussi à massacrer leur environnement et milieu de vie. Il y a eu à répétition (et même dernièrement) plusieurs rejets de sédiments dans les milieux humides et hydriques, preuve qu’encore une fois Hydro-Québec se fout complètement de l’environnement…

Avec Mireille Deraspe aux cuillères!

 

 

un matin j’ai planté
un compte d’Hydro dans ma cour
y a un pylône qui a poussé le même jour
j’me suis dit «ça va faire
j’me suis encore fait avoir
y a quelqu’un qui me prend pour une poire»

i’ m’en ont passé une p’tite vite
on sait à qui ça profite
plus t’es gros et moins t’as de limites
c’est pour nous les coupes à blanc
jusqu’aux os pis jusqu’au sang
les mains pleines c’pas pour les innocents

(refrain)
oh le boucher va nous couper
aux cochons va nous jeter
faudrait qu’on soit fait en béton armé (bis)

j’me suis dit «c’est assez
de toujours me la fermer
cette fois-là j’vais aller protester»
j’suis allée voir mon député
i’ était en congé payé
la politique ça vous fait voyager

en sortant d’chez l’député
sur la glace j’ai glissé
j’suis tombée j’me suis cassé le nez
pis comme ça faisait ben mal
j’suis allée à l’hôpital
j’ai attendu deux jours comme c’est normal

(refrain)

quand enfin j’ai vu l’docteur
i’m’a dit «à moins qu’tu meures
j’ai pas l’temps d’m’occuper de tes malheurs»
j’me suis retrouvée su’l’trottoir
j’ai dérapé en désespoir
dans les couloirs du virage ambulatoire

j’suis r’tournée à mon logis
là j’ai poussé un grand cri
le pylône avait un pied dans mon lit
j’ai pas dormi comme de raison
y avait des fils plein le salon
le pylône avait envahi ma maison

(refrain)

quand le matin s’est levé
le pylône avait enflé
il avait passé la nuit à bouffer
des forêts il avait rasé
des rivières i’ avait avalé
beaucoup de gens il avait écrasé

le pylône avait grandi
en plus i’ avait fait des p’tits
y en avait jusqu’aux États-Unis
et c’est là que j’ai compris
qu’au nom de l’économie
le pylône avait mangé mon pays

 

© Paroles et musique: Francine Hamelin (SOCAN) (de l’album Éphémère)

 

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Mes chansons, Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le pylône infernal

  1. WOW….J’adore ce rigodon aux saveurs québécoises…
    C’est, en effet, très actuel …
    Devrions-nous nous surprendre, de toutes ces injustices ces qui  » se ramassent à la pelle  »,
    pour atterrir dans le  » container  » de l’indifférence politique.?

    P.S. Bravo à Mireille pour les cuillères …Bravo à toi Francine pour ta belle voix. Un duo tout en harmonie.

    Bonne fin de dimanche
    Manouchka

    J'aime

  2. Nous nous sommes bien amusées à l’enregistrer!
    Oui, l’indifférence politique… et l’incohérence aussi…

    Bonne fin de journée à toi aussi.

    Francine

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.