Quel étrange chemin…

quel étrange chemin me relie au silence
quand l’automne se perd au bout de son voyage
et que les oies repartent et demeurent sauvages
comme les neiges bleues qui seront là demain

quel étrange chemin m’emporte vers la mer
sans que je sache même s’il est des océans
qui m’entourent ou me noient mais qui laissent intacte
l’enfance de mes yeux au rêve de la vie

quel étrange chemin me relie à la terre
quand les autres visages se masquent ou se détournent
quand les autres regards s’entreferment ou s’enfuient
et je demeure seule avec la solitude

quel étrange chemin m’ouvre des cathédrales
au profond du silence et l’étoile du jour
me consume à demi mais laisse en moi intacte
l’enfance de ma vie   l’enfance de ma joie

 

© Francine Hamelin  (tiré de Cosmos)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.