Matins

y a des matins parfois en mon âme un peu folle
où des oiseaux dansant dans le ciel qui s’allume
comme voiliers de vent s’effilochent de brume
aux mouvantes marées qu’encore ils imaginent

et leurs ailes luisantes dans le ciel anonyme
changent pour un instant les montagnes en îles
où se suspend le temps de ce monde fragile
où s’arrête la mort au bout des océans

 

© Francine Hamelin  (tiré de Terre)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.