Forêt

la forêt est pleine de nos cris égarés
et la neige crépite au profond des ravins

la terre est ivre de ruisseaux gelés
le chant de l’horizon
a blessé nos regards

l’infini des fenêtres
a consumé nos paroles

nous avons erré seuls en de trop long détours
aux portes de la nuit nous fracassions les voilures du vent
nous avions trop longtemps évité notre âge dans les blés

en ce temps-là le chêne était frère du fleuve

nous étions las des fuites inutiles
nos regards insoumis s’étoilaient de rêve
les steppes étaient perdues dans la voix de nos sangs
nos mains étaient tremblantes de mâtures brisées

et la neige était sœur du feu

 

© Francine Hamelin (tiré de Tristesse de pierres)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Tristesse de pierres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Forêt

  1. Jeandesantec dit :

    il est heureux que la beauté de l’âme se partage…c’est très beau…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.