Un homme dans la ville

sous les nuages
qui s’allongent
se poursuit la course d’un homme
il est seul
si seul
sous la pluie de novembre
qui coule douce
sur les feuilles jaunies
sur les pavés de suie
il est seul
si seul
devant la ville grise
aux arbres de béton

dites-moi votre nom   murmurera-t-il en vous voyant passer   et parlez-moi un peu rien qu’un peu de l’été   mais vous passerez près de lui en regardant la pluie qui coule sans fin et le temps continuera sa course

un homme dans la ville
marche tout doucement
sous le vent qui le pousse
il ne s’aperçoit plus
du temps qui se fait long
il marche sans bruit
pour ne pas éveiller
la pierre qui sommeille

il vous verra passer et il vous sourira peut-être   il vous dira la pluie est froide ce soir   n’y a-t-il pas de soleil au-dessus de cette ville   mais vous regarderez les réverbères de la ville endormie

et l’homme
est toujours seul
parmi
les gens
qui passent

 

© Francine Hamelin (tiré de Les heures de sable)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Tristesse de pierres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.