Sur les murs de la ville

j’ai marché dans la ville au détour des saisons
et les chemins du temps avaient nom de silence
les fenêtres pleuraient des soleils entrouverts
comme des jardins fous dans leurs lourdes dentelles
astres de cuivre et d’or d’une cité perdue
aux jours de sortilèges et de vies oubliées
arbres tentaculaires   ô terre des rosiers

et le chant de mes veines prolongeait les aurores
au présage profond d’un geste d’infini
au sillage si bleu des lumières océanes
aux routes des présences et des pays d’enfance

sur les murs j’ai écrit le langage des pierres
les vies en paysages et les mots des rivières

tout est à découvrir et rien ne m’est acquis
sur les murs de la ville j’ai rêvé tout un monde
et la suite des astres et les algues de brume
et j’ai perdu mon âge en trouvant les chemins
pour ouvrir à jamais l’espace du silence

 

© Francine Hamelin (tiré de Les heures de sable)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Les heures de sable, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.