Le silence nous lie

le silence nous lie en son calme destin
je prends souffle du vent comme d’un pays fou
dans le ruissellement des chemins et des fables
comme d’un grand été de tendresse sauvage
de fleuves indomptés où se noient des soleils

le silence nous lie de lotus et de roses
il n’est point de distance entre nous   ô ma terre
je te nomme en mon sang par l’immense langage
par le verbe sacré où se taisent les mots
la parole intérieure qui donne force et vie
aux saisons éclatés des voies universelles
quand naissent de la cendre des moissons infinies

le silence nous lie par un épi de blé
le silence nous lie dans les fontaines écloses
et ressuscitent alors les alchimies du songe
vaste métamorphose de l’ensoleillement
ô mon pays d’enfance et de rêves vivants
quand je repose en toi et mon âge et ma soif
et l’arbre mystérieux et l’oiseau familier

 

© Francine Hamelin (tiré de Et toutes mes enfances renaîtront…)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Et toutes mes enfances renaîtront..., Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.