Dans la marge

le ciel est grand
il y a tellement d’ailes dedans
des oiseaux blancs
au vent de mes rêves d’enfant

des ailes bleues comme la mer
quand elle vient caresser la pierre
des oiseaux gris comme la pluie
un jour où le temps nous oublie

des envols d’étoiles et de flamme
cet espoir au creux de mon âme
comme des mots d’éternité
dans la marge de mes cahiers

 

© Francine Hamelin  (tiré de Regards)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Regards. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.