Miroir

La planète est sèche, aride. Sauf peut-être en cet unique lieu où s’étend un lac immense. Mais l’eau même est inerte. Aucun mouvement ne l’agite, inutile miroir d’un ciel plus vide encore.

Nul soleil dans l’infini de l’espace. Seule une clarté diffuse se dégage du sol, au rythme inaudible d’un cœur gigantesque. Silence impénétrable et angoissant des abîmes. Horizon invisible.

Une planète morte… Et pourtant, dans ce monde cauchemardesque, quelque chose bouge. Animal, végétal et inhumain tout à la fois. Aucun rêve ne l’effleure. Ce n’est pas un être, ce n’est qu’une absence dans un désert. Une absence qui se déplace vers nulle part. Et qui passe près du lac sans le faire frissonner.

Et cette absence s’éloigne devant les yeux d’un spectateur qui se dit humain. Et dont l’inconscience l’empêche de comprendre que c’est sa propre image qu’il a vu passer…

 

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans L'argile et la flamme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.