Le poids du monde

 

je porte la multiplicité des êtres
je porte jusqu’au cœur leurs cris leurs rires
leurs voix comme d’étranges colliers
je porte poids d’arbres et de lumières
d’oiseaux et de migrations
je porte des détresses et je porte des pierres
et des joies à en perdre souffle

je porte des vies comme un battement d’aile

je porte des silences et des éternités
je porte des galères et des libertés
et des langages et des jardins et des gestes

ô enfant de sourire dans les pays mordorés
je t’offre jusqu’à l’âme
l’humanité dans je suis revêtue

 

© Francine Hamelin (tiré de Comme aux jours de lumière)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.