Jardin

 

qui donc a ouvert les portes des musiques
et semé d’étranges étoiles
dans la solitude de l’enfance mauve
laissant en son sillage
des myriades de lumières

l’amour est de ces jardins fous
où les geais bleus et les mésanges
lancent l’appel des terres fortes

l’amour est de ces puits profonds
où le temps glauque s’éparpille
et nous redit le jour troublant
de moissons rouges et de blés vifs

 

© Francine Hamelin (tiré de L’argile et la flamme)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans L'argile et la flamme, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.