Terre-mémoire

dans la nuit embrasée d’une étoile-chimère
j’ai écouté les vents qui soufflaient en mes veines
mosaïque indigo au secret de mon sang
ô Terre ma mémoire d’infinies floraisons

hiéroglyphes du temps ciselés à mes paumes
j’ai tendu mes mains dans leur nudité de chair
et les rêves ont gravé leur mystère en mon âme
ô Terre ma lumière aux vastes horizons

 

© Francine Hamelin  (tiré de L’argile et la flamme)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans L'argile et la flamme, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.