L’enfant d’aurore

un enfant d’aurore s’est approché
il a apprivoisé tendrement
le miracle de la moisson
et le monde qu’il savait fragile

il a dénoué toutes les musiques
il a écouté tous les silences
et gardé en ses yeux des paysages de couleurs
et des oiseaux étincelants

il m’a dit la vie et la mort
il m’a appelée par mon nom
il m’a dit l’angoisse et la joie
il me connaissait jusqu’au bout du coeur

un enfant limpide s’est avancé
un soleil au bout de ses doigts
il m’a regardée jusqu’au fond de l’âme
il a illuminé mes yeux
en m’ouvrant le monde très beau

 

© Francine Hamelin (tiré de Comme aux Jours de lumière)

Publicités

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.