L’étranger

Immobile, il était assis au bord de la rue, enveloppé d’une longue cape couleur de neige dans les nuits de pleine lune.

Les gens passaient près de lui, hostiles ou lointains, le montrant du doigt, le traitant de fou, d’étranger… mais tous le craignaient.

Je m’approchai. Il leva la tête et me regarda jusqu’au fond de l’âme. Son visage était beau et doux, empreint d’une paix infinie, ses yeux sereins et profonds comme des puits d’azur et d’eau pure.

Pourquoi donc le traitait-on de fou, d’étranger?

Et comme s’il avait perçu ma pensée, il me dit: «Ne sais-tu pas que je suis le Silence?»

Depuis ce jour, je parcours le monde avec lui.

 

© Francine Hamelin (tiré de Regards)

Publicités

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie, Regards. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.