L’éveil

Avec Lauren Bélec à la guitare acoustique

 

(refrain)
qui donc est venu jusqu’ici
me souffler à l’oreille
le nom perdu de mon pays
me redonner langage et vie
me dire les saisons des merveilles
et la brûlure de l’éveil

était-ce cette âme nomade
d’une flûte entre les doigts d’un dieu errant
ou bien le coeur en pierre de lune
d’une mandoline que faisait rire
un arlequin dansant
sur un reflet d’argent

(refrain)

était-ce la voix des rivières
le vol des oies sauvages
le rire des enfants
le coeur d’un arbre solitaire
la cantate d’un autre temps
voyageant librement sur les chemins du vent

(refrain)

si l’espoir me déchire en deux
entre les lumières et les ombres
qu’importe j’appartiens au monde
parmi les humains et les dieux
je suis de la terre et du feu

(refrain)

Paroles et musique: © Francine Hamelin (SOCAN) (tiré de l’album L’envers des jours)

Publicités

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Musique, Textes de chansons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.