La nuit s’en est allée

 

la nuit s’en est allée
comme un mot qu’on oublie
elle a ouvert ses yeux drogués
elle a tendu ses bras d’acier noir
et déplié ses mains hallucinées
elle a bu aux lèvres des demeures
l’alcool de l’âge amer
elle a laissé sa trace
dans la pluie des néons
elle a marché sans le savoir
dans le sang des métaux
elle a laissé coulé l’évasion
par ses mille blessures
elle a pleuré toutes ses larmes de feu
elle a brisé les chaînes
qui déchiraient ses membres
la nuit s’en est allée
comme un geste dont on se défait

 

© Francine Hamelin (tiré de Intérieur des jours)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.