Les réverbères

 

embrasés de l’âme et du coeur
au palpitement des étoiles fugaces
nous nous tiendrons debout
et le visage nu
au creux des marées fortes
éclatés d’une soif intense
et du désir de boire
toute l’amertume du sel
avant de faire naufrage
au seuil des archipels

et les enfants tristes
nés du rêve de nos doigts
regarderont brûler les réverbères
dans la nuit chimérique
d’une ville endormie

 

© Francine Hamelin (tiré de La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif)

Publicités

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans La femme envolée et autres poèmes du feu et de la soif, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.