Au grand jour

j’ai fermé l’oeil de la nuit
j’ai brûlé les livres gris
qui parlaient du temps perdu
et j’ai ouvert les armoires
où survivait ma mémoire
pour qu’elle meure en plein soleil

j’ai accompli les gestes bleus du matin
allumé la fenêtre de l’espace
défait les murs un à un
j’ai pris le coeur d’un enfant fou
et l’ai scellé en ma poitrine
pour partir
disparaître dans un vaste éclat de rire

au grand jour

 

© Francine Hamelin (tiré de Comme aux jours de lumière)

A propos Francine Hamelin

Écrivaine, peintre, sculpteure de pierre, auteure-compositrice-interprète.
Cet article a été publié dans Comme aux jours de lumière, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.